Delcourt - Sledgehammer, Outcast et Nobody Owens

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 22/01/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

vous aimez les univers originaux et un petit peu torturés ? Vous avez frappé à la bonne porte avec trois albums qui auront chacun un style bien différent mais un univers à part entière !

Sledgehammer 44 - 7/10


Un nouveau héros est là !

J'ouvre le bal avec Sledgehammer 44. Les amateurs de Mignola auront reconnu le titre ou encore la couverture. Nous sommes bien dans un album qui va creuser l'univers Hellboy. Un monde déjà riche mais qui ne cesse pas de se développer. Ici, nous avons un héros en armure qui m'a rappellé un Iron Man version seconde guerre mondiale ou encore l'un des héros de Freedom Force (un jeu PC de super héros). Cependant, notre Sledgehammer va se prendre une sacré dérouillée et malgré la réussite de la mission, il va avoir besoin d'aide. C'est là qu'une unité de soldats américains va intervenir et tenter de la sauver. Mine de rien, avec son intro et ses personnages, on est happé par l'univers de Mignola. Il se joue de nous et nous balade d'une case à l'autre pendant la première moitié de l'album. La seconde partie est plus classique puisque Sledgehammer va reprendre du service et affronter "la flamme noire". Ce dernier est un super méchant SS qui peut aller aux fêtes de famille de Crâne Rouge, le célèbre ennemi de Captain America. Une partie plus classique où les séquences de combats musclés s'enchaînent de façon parfois un peu confuse. Dommage pour ces aspects là mais heureusement que la trame de l'album parvient à nous garder et à conserver tout l'intérêt de cet album.

 

Outcast 02. Souffrance - 7.5/10


Un soir de pluie...

 

Kirkman continue de torturer Kyle avec le second tome d'Outcast. A l'instar du héros, nous avançons dans les brumes et à chaque fois qu'un élément nouveau apparaît, deux nouvelles zones d'ombres se créent. Par ailleurs, si ce tome est moins angoissant que le premier, Kirkman fait passer la seconde à son personnage et cela se ressent sur l'action. En effet, nous n'avons pas le temps de nous ennuyer. Ici, nous allons en apprendre plus sur le révérend Anderson et sur sa compréhension du phénomène. L'homme d'église va découvrir les limites de ses actions et apprendre avec Kyle comment franchir le prochain palier. Kyle de son côté va apprendre à assumer son pouvoir et prendre une décision forte quand à l'ennemi qui lui fait face. Le duo semble seul contre tous et ce ne sont pas les évènements de l'album qui vont leur apporter davantage d'alliés (au contraire même). Une série prenante à la tension palpable !

 

Étrange vie de Nobody Owens 02 - 8/10

Nobody Owens revient avec un tome qui va venir clore son histoire. Nobody vit toujours dans le cimetierre mais le jeune garçon grandit. Avec l'adolescence qui pointe le bout de son nez, le jeune homme a besoin d'évasion et de passer du temps avec ses semblables. Il va ainsi découvrir l'école mais également, petit à petit, complêter le puzzle de sa vie et en apprendre davantage sur son passé. L'album sera celui de la transition de l'enfant à l'adulte avec tous les dangers qui vont avec. Nobody pourra toujours compter sur sa famille fantôme et sur son tuteur Silas même si, parfois, il devra composer avec les limites qu'imposent leurs conditions de mort ou de vampires. Un album très poétique qui, malgré quelques points, va parvenir à nous séduire. Le principal bémol pour moi est de voir Nobody vaincre des ennemis qui auront poser des soucis à Silas qui semble beaucoup plus puissant que la plupart des personnages. Visuellement, cet album sera beaucoup plus cohérent et il offrira des détails plus soignés qui porteront à merveille l'univers de Gaiman
Petit soucis au cimetierre ? 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse