Delcourt - Des combats aux multiples visages !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 21/06/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Choisissez votre arme, au programme chez Delcourt : le choc des bayonnettes, le tranchant des katanas ou bien la pointe des rapières !

La mort blanche : Chronique de la der des ders – 7.5/10


DR.

 

Robbie Morrison a dépeint des univers variés de Judge Dredd à Dr. Who en passant part WildC.A.T.S.  Cependant, il avait un projet plus personnel, plus intimiste. Un idée avec moins de superpouvoirs mais toujours faîte de héros. Pour cela, il lui fallait un dessinateur. Cela tombe bien, Charlie Adlard, avec qui, ils ont fait certains épisodes de Batman, était disponible et en quête d’un travail artistique différent. Cela se passait bien avant la folie Walking Dead pour Adlard. Ainsi, les deux hommes planchent sur une partie peu connue de la première guerre mondiale : la guerre dans les montagnes entre l’Autriche et l’Italie. C’est ainsi que nous allons suivre les déboires d’une unité dont le héros « maîtrise » le terrain et abat la fameuse mort blanche (les avalanches) sur ses ennemis. Un récit court mais poignant dans lequel on voit l’humanité de chaque soldat vaciller comme une flamme devant l’horreur du quotidien. Adlard, avec son travail au fusain rivalise d’idée pour nous dépeindre chaque moment et il réussi à transposer toutes les émotions humaines avec un talent certain même. Court mais intense, c’est à découvrir.

OKKO – Tome 9 – le cycle du vide (1/2) – 7.5/10

Okko est toujours sur la route mais lors d’une escale, un réflexe inopportun lui fait commettre le meurtre de trop. Il décide alors de prendre sa retraite dans un monastère. Mais avant de parvenir là-bas, son groupe d’ami et lui-même ont encore une nuit à passer ensemble. C’est ainsi que notre sorcier préféré décide de raconter ce qu’il sait d’Okko à son jeune disciple. Nous partons donc dans l’enfance de nos héros lorsque qu’Okko était encore un jeune fils de la noblesse. Action et intrigue sont toujours au rendez-vous et nous passons un excellent moment à découvrir chaque étape de la vie du héros. Toujours aussi envoûtant, ce voyage n’aura que le seul défaut de nous laissez sur notre faim car on en veut toujours plus. Visuellement, le travail de Hub est toujours aussi plaisant et coloré. Les fans seront toujours aussi heureux et les nouveaux venus peuvent toujours, grâce au système de cycle de la saga, prendre le train en route sans aucuns soucis.

La Rose Ecarlate – Missions – Tome 2 – Le spectre de la Bastille – 4/10


DR.

 

Héroïne de la collection Jeunesse chez Delcourt, la Rose Ecarlate nous présente des missions annexes, sortes de spin-off de ses propres aventures. Toujours accompagnée de son amour, le Renard, elle va mettre fin aux machinations du précédent tome dans lequel des jeunes (et jolies) filles étaient kidnappées par de mystérieux « fantômes ». Bon, même si la collection se destine à la jeunesse, tout y est plutôt cul-cul et mal fagoté. Humour lourd et sans invention, intrigues prévisibles à souhait. Le trait n’est pas désagréable et tout y est plutôt coloré et amusant mais le poids de l’intrigue pèse presque sur le travail de l’artiste. Sans grands intérêts vis à vis de la série classique, ce spin-off ravira bien quelques fans mais les autres passeront sûrement leur chemin.


DR.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse