Delcourt - Hillbilly, Killed or be killed et Negan pour un été de rêve ?

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 10/08/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Trois héros au style bien différent. Chacun erre à sa manière mais entre le héros au grand coeur, le tueur maudit et le survivant un brin paillard, vous aurez de quoi faire !

Hillbilly 02 – 8/10


© Delcourt 2018.

 

Le nouveau tome d’Hillbilly, je l’ai attendu avec impatience. Le premier tome posait les bases d’un univers captivant et j’avais donc hâte de découvrir ce qu’Eric Powell allait nous concocter pour la suite. Pour rappel, cette série est celle de Rondel, le « hillbilly » errant. Il va et vient dans le sud des USA pour aider ses compatriotes à survivre aux créatures fantastiques qui hantent encore les terres américaines au 19ème siècle.

Dans cet album, Rondel va rencontrer le célèbre Tailypo. Cette créature du folklore américain menace un chasseur qui a eu le tort de lui couper la queue (en même temps, Tailypo lui bouffait toutes ses prises). Tailypo veut récupérer son bien mais il va rencontrer Rondel qui compte bien défendre le pauvre chasseur. Ce récit permet la rencontre entre Rondel et une véritable légende et il permet également de poser les bases d’intrigues futures. Nous aurons ce genre de chose dans plusieurs récits comme dans celui où Rondel nous raconte comment il a rencontré l’ourse géante qui deviendra sa meilleure amie. Tout au long de l’album, nous avons donc une série d’histoires courtes dans lesquelles Eric Powell distille les graines d’une intrigue plus grande, plus riche et captivante.

Visuellement, Powell joue avec son œuvre, il continue d’utiliser son style plein de force mais il n’hésite pas à tenter des choses, à bousculer son œuvre. C’est ainsi, que les délires de Rondel (dîtes non à la drogue !) vont donner une histoire visuellement délirante. Si vous voulez vivre cette histoire à 200%, Powell conseille de la lire avec une paire de lunettes 3D (les vieilles lunettes vertes et rouges).

Hillbilly 02 est un tome super sympa à lire, l’univers est toujours aussi plaisant et ce côté « conte » des temps modernes à un charme fou.

 

Kill or be killed 02 – 8/10


© Delcourt 2018.

 

Avec un titre comme ça, Brubaker et Phillips ont annoncé la couleur. Ce sera le rouge ! La couverture de l’album le prouve et l’odyssée sanglante de notre héros se poursuit. Si vous avez loupé le bus, imaginez un héros qui était en pleine lose sentimentale. Il faut dire que voir la femme que l’on aime dans les bras de son coloc’, ça peut foutre le cafard. Alors, il décide de se tuer. Le « destin » le sauve sauf que ce « destin » est un démon qui demande donc le paiement de son sauvetage en sang. Voilà donc notre gentil loser obligé de buter des salopards pour pouvoir vivre.

Dans ce tome, notre gars continue de survivre mais les choses se compliquent. Sentimentalement, il pense à la femme qu’il aime mais tente de se consoler avec une autre. Le voilà encore dans un triangle amoureux mais au moins, dans celui-là, il est le centre des attentions. Ce genre de chose, il s’en passerait bien dans le reste de sa vie. La mafia russe n’a pas trop aimé les réductions de personnels imposées par notre héros et la police vient également se mettre sur l’affaire. C’est l’occasion de découvrir une détective de talent qui veut prouver qu’elle n’est pas là par hasard.

Les intrigues se croisent et se décroisent sans cesse et Brubaker prend un malin plaisir à brouiller les pistes tout en plaçant des détails qui tuent. Difficile d’en parler sans défouler des morceaux d’intrigues mais ce que je peux en dire, c’est que nous ne sommes jamais au bout de nos surprises. Sans oublier que Brubaker nous fera une surprise finale tellement forte qu’il est dur d’attendre la suite de Kill or be killed.

 

Walking Dead – Negan – 7/10

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas parlé de Kirkman et Adlard. Le duo fait les beaux jours de Walking Dead et après le dernier album, nous voulons connaître la suite des aventures de Rick Grimes. Dans cet album, nous n’aurons pas cela. Mais rassurez-vous, nous aurons une consolation : Negan ! Pour ceux qui ne le savent pas, c’est le rival le plus génial que Rick a. Le type en impose avec son cuir, sa batte et avec une grosse dose de langage imagé.

Nous allons donc à la découverte du passé de Negan, quand il était prof de sport au lycée et qu’il avait une femme nommée Lucile. Oui, Lucile, comme sa batte. Negan sait qu’il est un gros con qui ne pense qu’à lui et néglige sa femme. Lorsque cette dernière tombe malade, il réalise à quel point il l’aime et tente d’être un peu moins con. Comme il faut s’y attendre, les derniers instants de sa femme se passe en pleine crise zombie et le voilà seul, triste et poursuivi par des bouffeurs de chair. Negan va apprendre la survie et il va apprendre à voir mourir tous ceux qui le suivent. Dès qu’il se fait un ami, il meurt. Le schéma se reproduit mois après mois et cela va laisser des traces sur notre homme. Puis un jour, il rencontre Dwight et sa bande. Il va commencer à devenir leur leader et définir les bases des Sauveurs. Le récit est intéressant. Negan change petit à petit jusqu’à devenir un chef dur qui sait rallier ses troupes. Nous sommes même tentés de demander d’en savoir plus car lorsque l’on finit le tome, c’est le début des sauveurs mais ils n’ont pas de base opérationnelle et ne connaissent pas encore les autres villes.

Le récit sur Negan est donc court mais efficace. Adlard met les idées de Kirkman sur le papier et il le fait toujours aussi bien. Sentiments et actions ont toujours autant d’impact et le noir et blanc fonctionne à merveille sur cette série. Dommage que l’histoire ne soit pas plus longue surtout que Kirkman semblait encore avoir des trucs à nous raconter. Du coup, pour « remplir » l’album, nous avons un recueil d’histoires courtes que certains connaissent déjà via les magazines, comics ou autres. Les origines de Michonne sont donc de la partie. Un récit ultra court qui pose chaque ingrédient du personnage mais ça fait un peu léger pour tout expliquer sur la force du personnage. Ensuite nous aurons des récits sur les « télé » du Gouverneur ou sur le marteau de Tyreese. C’est gentil mais pas de quoi s’extasier pour autant. Nous retiendrons de cet album l’histoire de Negan. Un récit fort et qui plaira aux fans de la série et du personnage.
© Delcourt 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse